Aller au menu | Aller au contenu

11 Rigal9x12autochSauvageot

Employé de banque avant la guerre, Camille Sauvageot est mentionné comme opérateur cinématographique dans les archives de la section photographique de l’armée en 1917 et 1918, après quoi il rejoint avec Lucien Le Saint les services de propagande en Alsace-Lorraine. Il est ensuite engagé aux Archives de la planète, où il travaille jusqu’à la ruine d’Albert Kahn en 1931. Il poursuit ensuite sa carrière dans le monde du cinéma professionnel, comme chef-opérateur et responsable de laboratoire.

On trouve encore dans les répertoires des Archives de la planète, pour les années 1917 et 1918, des images attribuées aux photographes Delécaille et Chastenet, ainsi qu’aux cinéastes Colliot et Daniau. Des recherches sont en cours sur ces opérateurs occasionnels à propos desquels peu d’informations nous sont parvenues.

 

Portrait de Camille Sauvageot par Georges Chevalier (ou l’inverse?), Maroc, Rabat, 1926, don de Monique Rigal au musée Albert-Kahn.